insomnie paradoxale

Insomnie paradoxale : existe-t-il un traitement ?

Les insomnies peuvent avoir des répercussions très graves et très difficiles à gérer pour les personnes et leurs activités quotidiennes. Il est donc impératif de rapidement cerner le problème et l’identifier, mais aussi opter pour les traitements efficaces et nécessaires pour résoudre le problème. Nos experts se penchent à travers cet article sur l’insomnie paradoxale. Ils vous en disent plus ci-dessous et vous parlent des éventuels traitements qu’il est possible d’envisager.

Comprendre l’insomnie paradoxale

insomnie paradoxale

Si vous avez l’impression de ne pas avoir fermé l’œil de toute la nuit en vous réveillant le matin, c’est que vous avez sûrement de l’insomnie paradoxale. Certains dormeurs se disent n’avoir dormi que quelques heures à peine durant la nuit, voire pas du tout. Disent-ils vrai  ?

L’insomnie paradoxale est également désignée par d’autres noms comme l’insomnie subjective, ou encore la mauvaise perception du sommeil. Beaucoup de Français semblent en souffrir, et se plaignent d’une quasi-absence de sommeil et une évaluation vraiment mauvaise de la qualité de celui-ci. La personne ne semble pas du tout avoir conscience qu’elle a pu dormi. Pourtant, lorsque les sujets sont soumis à des tests en laboratoire, il semblerait qu’ils arrivent à dormir d’un sommeil normal et parfaitement dans les normes (à quelques exceptions près bien sûr). Ce type d’insomnie touche seulement 5% des insomniaques.

Quelles sont les causes de l’insomnie paradoxale ?

Il existe plusieurs facteurs qui peuvent être en cause de l’apparition de l’insomnie paradoxale. Il y a par exemple l’anxiété et la dépression qui peuvent grandement influer, mais également l’activité mentale soutenue et l’incapacité à détacher son esprit de la chose au moment de dormir. Les patients qui en souffrent disent d’ailleurs qu’ils ont souvent l’impression d’avoir passé la nuit à penser et réfléchir au lieu de dormir.

Il est en tout cas vraiment difficile d’expliquer cet écart entre la perception du patient et la réalité. Les sujets ont tout simplement un niveau d’activité cérébrale puissant et nettement plus élevé que la moyenne, ce qui explique pourquoi ils ont l’impression qu’ils ne peuvent pas dormir. Une autre hypothèse toutefois a été émise, stipulant que les patients cristallisent leurs plaintes sur le sommeil (une forme d’hypocondrie). Il est enfin possible d’estimer que leur sommeil est très mauvais et qu’ils n’arrivent pas à se rendre compte de ce défaut.

Quelles sont les autres causes ?

Ces causes-là ne sont pas les seules, puisqu’il a été démontré à travers plusieurs études scientifiques que les appareils électromagnétiques tels que le micro-ondes, le modem Wi-Fi, et surtout le smartphone peuvent également être la cause de l’insomnie paradoxale. Les personnes insomniaques seraient pour beaucoup sensibles à ces ondes-là qui ont un effet néfaste sur leur santé et peuvent leur causer bien des problèmes en plus de l’insomnie comme les vertiges, les acouphènes, la migraine, et même l’infertilité, et ce, aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

Nos experts vous recommandent vivement d’acheter un patch anti-ondes à placer sur votre téléphone pour réduire les effets, mais aussi d’éteindre les appareils la nuit et de les éloigner de votre chambre à coucher.

Traiter l’insomnie paradoxale

insomnie paradoxale

Il existe à ce jour très peu de traitements qui puissent s’avérer efficaces contre l’insomnie paradoxale. Parmi les rares techniques qui existent, il y a celle de l’insomnie psychophysiologique, mais dont les résultats demeurent plus que limités.

En quoi consiste ce remède ?

Il s’agit d’un traitement qui n’est pas basé sur les médicaments, mais sur des interventions éducatives et cognitives. Il s’agit de plusieurs approches qui sont expliquées au patient pour lui apprendre notamment à se lever à la même heure, à favoriser des activités physiques, à réduire sa consommation d’alcool et de café, etc., tout en espérant que ça l’aidera à mieux avancer et à enfin pouvoir ressentir le sommeil. Le traitement implique parfois le fait de réveiller le patient au milieu de la nuit et des discussions ayant pour but de parler au patient des effets de son sommeil et tenter de lui faire comprendre et reconnaître les signes réels de celui-ci. Il arrive donc que cette discussion sur l’hygiène de sommeil à adopter soit positive et puisse permettre au patient de pouvoir enfin profiter de ses nuits de sommeil et elle peut même être combinée à la prise de certains médicaments pas trop forts, notamment des hypnotiques non-benzodiazépiniques. Il est également possible d’envisager la relaxation (bien que portant rarement ses fruits), qui puisse permettre au patient d’apprendre à se détendre et à décontracter ses muscles avant de dormir, et ainsi se relâcher et éventuellement pouvoir se donner au sommeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *